Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 17:17

Donnons-nous un an pour organiser une gestion de l’eau dans l’intérêt public !

Considérant que l’eau, bien naturel indispensable à la vie, ne peut être traitée comme une marchandise et que les services de l’eau ne sauraient constituer une source de profits privés mais doivent servir l’intérêt général.

Constatant que partout en France, les régies publiques permettent une exploitation de la ressource en eau dans l’intérêt de tous et à un coût pour l’usager inférieur de 10 à 40% à celui des trois  sociétés privées qui se partagent le marché.

Les organisations signataires s’étonnent qu’à l’occasion de l’échéance du contrat qui le liait à la SAUR jusqu’au 31 décembre 2009, le Syndicat intercommunal d’adduction d’eau de La Rochelle région Nord n’ait pas procédé à une étude sérieuse de différents scénarios de mise en régie des services de l’eau.

Afin de donner le temps aux élus, sous le contrôle de leurs administrés, d’étudier les modalités qui permettraient, grâce à un service public cohérent avec les évolutions actuelles et futures de l’aménagement du territoire, de faire baisser le prix de l’eau de façon durable et d’envisager une politique de l’eau conforme à l’intérêt général, ces organisations soutiennent la demande du Collectif Eau Publique 17 de proroger d’un an le contrat actuel :

Les Verts, Le Parti de Gauche, PCF, ATTAC, INDECOSA CGT, ADAP (Aytré), LDS (Lagord), ACP (Périgny)

Que toutes les autres organisations accordant leur crédit à cette demande  nous rejoignent et se fassent connaître à l'adresse : cep17@laposte.net !

Partager cet article

Repost 0
Published by CEP 17
commenter cet article

commentaires

Pierre Collenot 13/12/2009 11:40


Ailleurs, en Charente-Maritime ...

Les problèmes de respect de ce bien public qu'est l'eau sont multiples dans notre département.

Dans ma commune, où je suis conseiller municipal, je me heurte à des pratiques bien ancrées dans les mauvaises habitudes au sujet de l'eau.

Cet été, en période de sécheresse, le maire faisait couler à flots (par pompage) la fontaine communale. Malgré toutes les réclamations et toutes les demandes, il a pompé tout l'été.

Lorsqu'un viticulteur indélicat a déversé en octobre 2009 dans le réseau communal des eaux pluviales et dans le ruisseau local le contenu de ses fosses à vendanges (des vendanges 2008),
empuantissant les riverains et polluant sérieusement le ruisseau, j'ai porté plainte. A ma surprise, le maire lui-même a pris la tête d'une campagne visant à stigmatiser le dénonciateur, accusé de
s'en prendre à des pratiques ancestrales (supposées n'avoir tué personne jusque là).

Je m'exprime sur ces sujets dans un blog qui essaye de secouer le cocotier, mais le choc de la blogosphère et des pratiques est rude dans une petite commune de 190 habitants.

Ici, à Brie-sous-Matha, far-east de la Charente-Maritime, oubliée de tous et en particulier des administrations qui ont mission de faire respecter le bien public, deux univers s'entrechoquent
durement.

Cordialement