Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2011 5 21 /10 /octobre /2011 12:02

Saintes, le 19/10/11

COMMUNIQUE DE PRESSE D’ESSP 17

 (Eau Secours Services Publics 17)

 

Les membres de l’association ESSP17 désapprouvent le choix de gestion de l’eau qui semble se dessiner à Saintes. En effet, la régie intéressée qu’on nous propose n’a de régie que le nom ! C’est en fait une DSP (Délégation de Service Public) à une entreprise privée ! Elle ressemble en tout point à l’affermage que nous avons actuellement à une exception près : la rémunération de l’entreprise change. Au lieu de se payer sur les factures d’eau des usagers, elle touche de la collectivité une partie fixe et une part variable dépendant de la réalisation d’objectifs fixés par contrat. Ce genre de DSP va dans le sens de ce que souhaitent les multinationales. En effet, comme la consommation d’eau tend à baisser partout en France, leurs profits risquent d’en pâtir et elles ne veulent plus être payées au m3 consommé. Nous regrettons que la promesse électorale de Jean Rouger d’un retour à une gestion municipale tombe …à l’eau ! Le choix est avant tout politique : soit on arrête d’enrichir des actionnaires, soit on continue… Seule la régie publique donne à la collectivité les moyens de recouvrer la maîtrise technique sans laquelle elle reste  sous la coupe d’une multinationale.

Sur la forme, nous regrettons que la réunion publique sur la gestion de l’eau organisée par la municipalité hier au soir 18 Octobre ait été annoncée si tardivement au public que la salle était clairsemée! Nous qui nous sentons particulièrement concernés par tout ce qui touche à l’eau, nous l’avons apprise le vendredi 14/10 en fin d’après midi par email. La plupart des saintais l’ont apprise en lisant le quotidien Sud-Ouest le lundi 17 Octobre, c’est-à-dire la veille! Rien dans le mois à Saintes, aucune affiche dans les panneaux annonceurs de la ville.

Pour notre part, nous allons continuer à  nous mobiliser en faveur de la régie municipale :

- publication dans les jours qui viennent  d’un livret blanc sur l’eau à Saintes,

- le Mercredi 9 Novembre à 20h 30 salle Saintonge n°5, nous invitons pour une conférence Gabriel Amard président de la Communauté d’Agglomération Les Lacs de l’Essonne et de la régie publique Eau des lacs de l’Essonne.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CEP 17
commenter cet article

commentaires

Pierre 13/11/2011 18:42


La quasi totalité ( ! 99,99 % ) des Services Publics de l'eau gérés par les collectivités font d'énormes cadeaux au privé en nous facturant des parts fixes. Moins nous consommons, plus nous payons
et plus nous enrichissons les gros !!! TANT qu’il y aura une part fixe ( aussi minime soit-elle ) sur les factures d’eau, parler de gestion privée ou publique c’est de la démagogie d’élus ou des
discours de salon d’intellos incompétents.

Que pense le petit peuple ( et surtout de nombreux ruraux ), lorsqu’on vous annonce un prix du m3 à 3,50 €, avec une gestion privée, et qu’avec une gestion publique il serait de 3 € alors que vous
payez votre m3 à plus de 5 €, voire 10 € ou 20 € et ce avec une gestion d ‘élus sponsorisés par le plus important parti de la Gauche française ?

Privé ou public, ce n’est jamais un problème de prix de l’eau mais toujours un ensemble d’intérêts privés des élus au détriment de l’intérêt collectif. « Droite ou gauche, même combat » : un
constat d’igepac.

Vaut-il mieux une gestion publique ?
- Répondre oui, peut coûter parfois TRES cher financièrement.
- A titre d’exemple et d’actualité, un SPANC de Côte d’Or qui est un des plus cher de France est géré par la « gauche » avec une redevance à 185 € pour 6 ans !!!

OUI pour un vrai service public, mais bien réfléchi par des personnes compétentes. Paris est l’exemple d’un vrai désastre d’une gestion citoyenne ( Paris se vente d’avoir une eau peu chère,
conseille aux nourrissons une eau à 40 µg/l de nitrates et va étendre ses « merdes » polluées chez ses voisins … ). Il faut une vraie révolution intellectuelle et citoyenne de nos futurs élites.