Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 09:31

 

 

CEP 17 rend compte et commente la réunion du comité du syndicat des eaux   
[le compte rendu est en blanc] [Les commentaires de CEP 17 sont en rouge
]

Le syndicat intercommunal d’adduction d’eau de la région nord de La Rochelle a réuni son comité  mardi 3 novembre,  à la mairie de Sainte Soulle.

Prolongation de 9 mois du contrat avec la SAUR

Le président Grimpret a annoncé et fait voter le report de 9 mois de la décision de Délégation de Service Public.

 [C’est une première victoire pour CEP 17 qui avait fait de cette prorogation une demande appuyée par des partis politiques : PCF, Parti de Gauche, les Verts, PS et des associations : ATTAC, INDECOSA CGT, ADAP, ACP, LDS.]

 « Non, explique-t-il, il n’a cédé à aucune pression et c’est tout  fait normal ; d’ailleurs, c’est la commission (d’appel d’offres) qui a décidé,  car des éléments nouveaux sont intervenus concernant les zones de Périgny et Puilboreau  [sic].

[Ces « éléments nouveaux » concernant ces zones n’ont pas été clairement explicités et on se demande bien pourquoi ils sont nouveaux, mais peu importe.]

Les offres actuelles, remises par 4 candidats, la Nantaise des Eaux, la Lyonnaise des Eaux, la SAUR et Véolia, sont donc à revoir et ce ne sera pas fait avant le début décembre. C’est pourquoi il vaut mieux prolonger le contrat actuel avec la SAUR de 9 mois, jusqu’au mois d’Octobre 2010. »

[La procédure de délégation du service pulic suit donc son cours et elle n’est que retardée pour l’instant. Le choix préalable entre société privée et  régie publique n’est toujours pas effectué. Mais la prolongation jusqu’au 1er octobre 2010, soit onze mois, doit permettre de lancer une vraie étude comparative entre gestion privée et gestion publique, c’est possible, indispensable et  légalement nécessaire.]

Nouveaux territoires de gestion

Puis, répondant à une question d’un conseiller municipal d’Aytré qui, après s’être félicité de  cette prolongation qui avait été réclamée déjà à trois reprises [Effectivement, la prolongation était il y a peu considérée comme impossible et nuisible par le président Grimpret qui avait repoussé toutes les propositions allant dans ce sens.], lui demandait : « Pourquoi ne pas tout remettre à plat avec l’aide de la CDA, et qu’en est-il de l’adhésion possible à une régie publique ? »,  Monsieur Grimpret expliquait : «  la politique, vous savez, ça ne m’intéresse pas … Moi, je n’appartiens à aucun parti et je gère un syndicat. Pour prolonger le contrat, il faut avoir une raison, nous l’avons. Il ne faut pas chercher de complications et il est naturel de prendre son temps.  Quant à la CDA, elle n’a pas compétence pour l’adduction d’eau, il faudrait donc changer ses statuts  et puis, vous savez, Maxime Bono me l’a dit, il ne voudrait pas qu’au nom de la solidarité, l’eau coûte plus cher aux Rochelais.» [Remarquons qu’un changement de statut de la CDA ne serait pas une affaire d’Etat et qu’il ne serait  pas pour cela nécessaire de réunir le Parlement à Versailles… D’autre part, la CDA n’a pas de « statuts à modifier », mais seulement des compétences à faire approuver par le préfet. Ce qui importe cependant, c’est de savoir quelle doit être la taille et l’assiette d’un territoire idéal pour une gestion cohérente et raisonnée des services de l’eau. C’est à ce débat que la prolongation du contrat doit donner le temps de se tenir.

Quant à la position rapportée de Maxime Bono par le président du syndicat  elle est naturelle, mais il n’est pas obligatoire d’envisager une modification du coût de l’eau pour les usagers rochelais, ce n’est là qu’un effet d’annonce du Président Grimpret.]

La prorogation du contrat a été votée à l’unanimité par les délégués présents.

Régie publique ?

Un délégué fait remarquer qu’il est difficile de comprendre pourquoi une société privée qui doit rémunérer ses actionnaires peut proposer un prix moins cher qu’une régie publique…

[Cette question qui se voulait en réalité une démonstration de la supériorité du système libéral, contient en elle-même sa réponse : c’est tellement difficile à comprendre, en effet, que le simple bon sens suffit à démontrer l’absurdité de la proposition. Contrairement aux assertions de M. Grimpret, les régies publiques sont partout moins chères que les sociétés privées, comme l’affirment toutes les études sérieuses réalisées à ce jour, et ce fait est aussi confirmé par le ministère de l’environnement et par les cours des comptes comme par le cabinet Calia en ce qui concerne La Rochelle Nord. Rappelons que son « étude » estimait à 1 519 000 € le coût pour 2010 d’une éventuelle régie, tandis que l’affermage 2007 était déjà de 1 525 000 € !]

Un autre délégué demande si la RESE pourrait reprendre la distribution et quel serait son prix ?

Le directeur de la RESE explique alors que dans l’éventualité d’une reprise, sérieusement étudiée par ses services, il n’y aurait pas de prix spécifique à La Rochelle Nord et que les abonnés paieraient donc le même prix que celui des autres abonnés du département gérés par la RESE. [Le prix de la RESE étant de loin inférieur aux prix de la SAUR, ce serait effectivement intéressant !]

Il explique alors la politique de la régie et plaide pour une organisation du service de l’eau à l’échelle départementale.

[Nous en arrivons enfin au vrai débat que nous appelions de nos vœux  et c’est  la deuxième grande victoire de la soirée pour CEP 17 : Quelle politique de gestion à long terme, quel territoire idéal, quel outil pour un grand service public de l’eau libéré des contraintes du profit pour des sociétés privées ?

La parole publique enfin libérée, les élus commencent à s’exprimer et à donner leur avis. Il faut que les usagers en fassent de même !]

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by CEP 17
commenter cet article

commentaires